Provence Grand Large : réponse de Nacicca aux attaques de Martial Alvarez

Dans la Provence du 2 juillet 2021, Martial Alvarez, le maire de Port-Saint-Louis-du-Rhône accuse Nacicca « d’attendre le dernier moment pour donner un avis négatif » sur le projet d’éoliennes en mer de Port Saint Louis du Rhône. Et de conclure « on ne peut pas faire pire dans le diktat écologique ».

Nacicca tient à apporter les précisions suivantes :

  1. Nacicca s’est prononcé à deux reprises sur ce dossier : une première fois lors de l’enquête publique de 2018 et une seconde, en juin dernier. Nous n’avons jamais donné d’avis négatif « au dernier moment » mais toujours dans le temps imparti par les procédures de consultations légales.
  2. Cet avis négatif ne devrait pas être une surprise pour le maire de Port Saint Louis du Rhône s’il connaissait moindrement le dossier. En effet, Nacicca a déposé en 2019 un recours auprès du tribunal administratif de Nantes pour des manques importants d’évaluation des impacts de ce projet sur la biodiversité. Ce recours, gagné par Nacicca, a contraint le porteur de projet à revoir sa copie qui met maintenant en évidence des risques de mortalité accrus pour plusieurs espèces d’oiseaux marins dont certaines fortement menacées. C’est pour cela que Nacicca reste opposé au projet pour les raisons que nous expliquons ici.
  3. Il n’y a pas de « diktat écologique » puisque Nacicca ne fait que donner un avis sous forme de contribution dans le cadre d’une enquête publique. Cela n’empêchera pas, malheureusement, le/la commissaire enquêteur.trice de donner un avis favorable au projet à l’issue de cette enquête.
  4. Cette petite phrase de Martial Alvarez révèle néanmoins une chose : c’est que ce projet n’est pas un projet écologique pour le maire de Port Saint Louis du Rhône et qu’il n’a que faire de l’avis des écologistes. Ce projet est avant tout un projet industriel dont le rôle dans la transition écologique aura bien du mal à être démontré. Pourtant Maire d’une commune du Parc Naturel Régional de Camargue, et maintenant conseiller départemental, Martial Alvarez semble mépriser aussi bien les enjeux de biodiversité qui font la richesse et la renommée internationale de la Camargue que celles et ceux qui s’efforcent de la défendre.