Archives de catégorie : Actualités

Les dernières actualités de NACICCA

Réponse aux questions des candidats à la 16ème circonscription des Bouches-du-Rhône aux élections législatives de 2022


Les candidats à la 16ème circonscription des Bouches-du-Rhône aux élections législatives de 2022 ont été interrogés sur six thèmes: Energie, Transport, Economie, Industrie, Agriculture et Biodiversité par six associations du territoire (NACICCA, AGIR POUR LA CRAU, LES FLAMANTS ROSES DU TRÉBON, ACEN, CHANGEONS d’AVENIR et le collectif Camarguais pour le maintien du Bac à Salin de Giraud). Ce questionnaire a été transmis le 3 juin aux candidats par mail personnel lorsque celui ci a été trouvé, par mail aux délégations régionales des partis ou les sites internet des partis dans le cas contraire. Le questionnaire a ensuite été publié dans la Provence le 5 juin.  Des candidats nous ont fait part qu’ils n’avaient cependant pas reçu l’information préalablement et nous nous en excusons. Néanmoins nous considérons que tous les candidats ont pas pu avoir accès à ce questionnaire par un moyen ou un autre.


Nous avons reçu trois réponses : Le Parti Animaliste représenté par Monsieur Cesari, la NUPES représentée par Monsieur Caillault, le NPA représenté par Madame Pasquini. Nous considérons que l’absence de réponse des autres candidats démontre au mieux une certaine désinvolture sur ces sujets, mais plus certainement l’absence d’intérêt pour ces questions ou au moins pour les associations qui les posent.


Les six thèmes proposés sont des transcriptions locales fortes des enjeux nationaux. La crise de la COVID, la guerre en Ukraine et ses conséquences directes et indirectes ne sont que deux éléments parmi d’autres de crises à intégrer dans la réflexion. Les grands bouleversement géopolitiques qui sont à l’oeuvre, l’influence grandissante de certains états notamment en Afrique ou en Asie, et les nouvelles alliances internationales qui se dessinent vont avoir un impact fort sur notre mode de vie : énergie, agriculture, ressource en eau, souveraineté alimentaire, disponibilité des matières premières, commerce international, changements des lieux de production. Tout cela dans un contexte de crise environnementale majeure : crise de la biodiversité et changements climatiques.


Nous recommandons vivement à tous de lire attentivement les réponses des candidats pour se faire une idée la plus précise possible des positions de chacun. Ces réponses sont disponibles ci dessous

Conclusion


Nous regrettons le faible taux de réponse à ce questionnaire (3 candidats sur 10) qui nous aurait permis de confronter plusieurs visions et d’informer les adhérents et les citoyens de la politique qui allait être menée par notre futur.e député.e sur ces enjeux cruciaux pour la nation et pour notre territoire. Malgré les discours de leurs représentants nationaux, ce questionnaire montre que l’intérêt de la plupart des candidats est ailleurs et qu’ils n’ont toujours pas saisi l’urgence à s’emparer de ces sujets environnementaux.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE NACICCA : 15 ANS ET TOUJOURS LA !

Ce samedi 12 mars 2022, s’est tenue l’Assemblée Générale de Nacicca. Une journée d’échanges, de débat et d’engagements autour de nombreux dossiers impactant nos vies et nos territoires.

Protocole oblige, la matinée a été consacrée à l’exercice classique du passage en revue du rapport financier et moral de l’association. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’année 2021 fut très chargée et que notre motivation est restée intacte, face à des dossiers, qui pour certains, durent depuis plusieurs années.

Il en est ainsi, par exemple du « PLU de Saint-Gilles », du projet de parc photovoltaïque de « Font-de-Leu », du parc éolien « Provence Grand Large », ou des « entrepôts logistiques en Crau ».

LE COVID N’A PAS ARRÊTÉ LES PORTEURS DE PROJETS ÉCOCIDES

Nos idées, positions et arguments ont passé le carcan obligatoire du confinement pour venir heurter les sensibilités des citoyens, du politique et de l’économique.

Nacicca a, une fois de plus, donné de la voix et à réfléchir sur 2 dossiers emblématiques : le « pont de Barcarin » et les projets de méthanisation en Camargue (Méthacam) et en Crau (Ligno).

TEMPS FORT AUTOUR DU COLLECTIF « ANTI-CONTOURNEMENT AUTOROUTIER D’ARLES »

A l’invitation de Nacicca, une partie des représentants de ce collectif inédit rassemblant associations environnementales, professionnelles, scientifiques, politiques et de riverains sont venues s’exprimer le « serpent de mer arlésien ».

Les uns à la suite des autres, tous les arguments défavorables à ce projet ont été égrenées sous les incantations et les applaudissements d’une centaine de personnes venues pour l’occasion :

→ ce contournement ne résout en rien pas les problèmes de pollution et de circulation. Au contraire, il créé 2 tronçons autoroutiers de 40.000 véhicules par jour sur notre territoire.

→ il est contraire aux engagements de l’Etat en matière de réduction des GES.

→ il se situe en tête de Camargue, près d’une réserve reconnue mondialement pour sa richesse écologique et économique.

→ il détruit entre 300 et 400 ha de terres agricoles, sapant un peu plus notre souveraineté alimentaire

→ il sera construit en zone inondable sur la base de remblais dont nous supposons, d’ores et déjà, que les contenus seront susceptibles d’empoisonner la nappe phréatique de Crau.

Les représentants de Nacicca, Agir pour la Crau, France Nature Environnement Bouches-du-Rhône, Arles Camargue Environnement Nature, la Tour du Valat, la Société Nationale de Protection de la Nature, le Collectif des Riverains de Pont-de-Crau, EELV Pays d’Arles, Changeons d’Avenir.

Pour la circonstance, la parole a été donnée à l’association les Flamants Roses du Trébon qui mène un combat sans merci contre le plus gros pollueur du Rhône, l’usine Fibre Excellence Tarascon.

VISITE DES LAURONS MENACÉS PAR LE CONTOURNEMENT

Considérant que de nombreuses personnes évoquent le tracé du contournement sans véritablement savoir où il passe, nous nous sommes rendus en visite guidée sur des « laurons » possiblement impactés par le tracé de l’autoroute.

La particularité des marais visités est qu’ils sont alimentés par les résurgences de la nappe de Crau, localement appelés « laurons ». Ces résurgences ont une morphologie singulière : ce sont des puits naturels à travers les limons et les tourbes et ouverts sur les cailloutis de la Crau. Ces derniers apportent donc l’eau de la nappe de Crau en continue dans ces marais. C’est une eau douce, claire et qui reste plutôt fraîche toute l’année et qui, rappelons-le, alimente en eau potable plus de 270.000 personnes. Ce sont ces caractéristiques qui ont permis le développement d’espèces végétales au sein des marais.

Pour conclure cette journée, Nacicca invite tous les participants à la journée européenne pour la reconnaissance des écocides le dimanche 20 mars 2022.

ON NE POURRA JAMAIS RIEN FAIRE SANS VOUS ! AIDEZ-NOUS, ADHEREZ OU FAITES UN DON
CLIQUEZ ICI


PLUS D’INFOS

BFM Marseille (12.03.22)

→ BFM Marseille (02.02.22)

JOURNÉE EUROPENNE POUR LA RECONNAISSANCE DES ÉCOCIDES

Le 20 mars 2022, mobilisons-nous pour la reconnaissance de l’écocide !

Les responsables d’écocide ne s’exposent qu’à des sanctions civiles (amendes) et poursuivent leurs activités comme si de rien n’était. Cependant, si l’écocide était reconnu comme un crime dans nos systèmes juridiques (droit international, européen et national), ce serait un outil supplémentaire pour contribuer à stopper la destruction de la nature, et pour dissuader et punir les décideurs.

Il est temps de changer les règles nationales, européennes et internationales et de protéger notre maison commune, la Terre !

Ensemble, nous dénoncerons 3 écocides prévus sur notre territoire :

→ le Pont de Barcarin
→ le contournement autoroutier d’Arles
→ les zones logistiques en Crau

Au programme

  • 1er rendez-vous 10h devant le Bac de Barcarin côté Port st Louis (départ du Bac 10h 10) ou RV 10h 15 devant le Bac côté Salin de Giraud.
  • 2 ème rendez-vous Prise de parole côté Salin de Giraud.
  • 10h 45 Départ vers Arles en passant devant un des futurs méthaniseurs de Tourtoulen (voir l’article sur le site d’Agir pour la Crau) et les terrains devant accueillir les pilotis du futur contournement.
  • 3 ème rendez-vous 11h15 arrivée à Arles au Pont Van Gogh où doit aussi passer l’autoroute sur pilotis et à 11h 30 conférence de Presse.
  • 4 ème rendez-vous 12h : départ vers la zone logistique de SaintMartin- de-Crau en longeant les zones agricoles de foin de Crau et les espaces naturels (Marais de Meyranne entres autres) impactés par le fuseau.
  • 5 ème rendez-vous 13h pique-nique sorti du sac (buvette fermée) sur le site des Marais du Vigueirat

CONTOURNEMENT AUTOROUTIER D’ARLES : AVIS TRES RESERVÉ DE L’AUTORITÉ ENVIRONNEMENTALE

Le 27.01.22, l’autorité environnementale du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable a rendu son avis sur la demande de cadrage préalable du contournement autoroutier d’Arles. Il est très réservé et va dans le sens des craintes et des aberrations pointées par les différentes associations.

AVIS DE L’AUTORITÉ ENVIRONNEMENTALE

Le choix de la variante VSV (Sud Vigueirat), considéré comme acquis dans le dossier, a été fait en 2005. Il n’intègre pas les évolutions environnementales notables pas plus que celles du cadre législatif et réglementaire intervenues depuis. (p21)

NOTRE ANALYSE

Le tracé retenu a donc maintenant plus de 17 ans. Il en aurait sans doute 20 ou 25 au démarrage des travaux. Soit dans un contexte urbanistique, environnemental, politique et territorial très différent de ce qu’il est aujourd’hui. Ce projet tourne le dos à un modèle de développement économique ignorant nos limites sociales et environnementales et ne permet pas que notre territoire s’inscrive dans une véritable transition écologique et solidaire.

AVIS DE L’AUTORITÉ ENVIRONNEMENTALE

Ainsi, il est patent que cette variante est quasi intégralement en secteur d’aléa inondation fort et en partie dans un site Natura 2000.  (p21)

NOTRE ANALYSE

Le tracé retenu a donc maintenant plus de 17 ans. Il en aurait sans doute 20 ou 25 au démarrage des travaux. Soit dans un contexte urbanistique, environnemental, politique et territorial très différent de ce qu’il est a

La zone d’étude et le périmètre du projet sont fortement concernés par le risque d’inondations :

  • inondations par le Rhône et ses deux bras, en fonction de l’événement concerné et du comportement des digues le long du Rhône, du Grand Rhône et du Petit Rhône ;
  • arrivées d’eau depuis les petits bassins des Alpilles, et notamment suivant les canaux passant entre le centre d’Arles et le Grand Rhône ;
  • remontées de nappe ;
  • effet du niveau de la mer qui notamment agit sur les débordements de canaux ;

Les trois secteurs ouest du projet, Tête de Camargue, Plan du Bourg et Draille Marseillaise, sont presque entièrement localisés en zone d’aléa fort du PPRI d’Arles, approuvé le 3 février 2015.

Quels risques va-t-on faire courir à ces populations ?

AVIS DE L’AUTORITÉ ENVIRONNEMENTALE

Il importe que la future étude d’impact restitue le cheminement du projet, ainsi que la succession des choix (fuseaux et tracés, alternatives modales, partis pris techniques et notamment le passage en remblai), avant de présenter la comparaison profondément complétée de toutes les variantes de fuseaux ou familles de variantes (y compris options d’aménagement sur place), au regard de leurs incidences en particulier environnementales, pour justifier de l’utilité publique et des raisons impératives d’intérêt public majeur qui fondent les décisions administratives sollicitées par la maîtrise d’ouvrage. Une éventuelle dérogation aux règles générales applicables requerra des motivations particulièrement solides. (p21)

NOTRE ANALYSE

La présence de nombreuses espèces protégées devrait conduire le porteur de projet à déposer un dossier de demande de dérogation à la protection stricte des espèces et de leur habitat naturel.

La raison impérative d’intérêt public majeur du projet devra être démontrée. Nous avons démontré à plusieurs reprises que ce projet ne résout en rien la problématique de pollution de l’air car il ne fait que déplacer le problème en créant un tronçon autoroutier et un boulevard urbain dont le trafic est estimé à celui de la moyenne d’un tronçon autoroutier français (40.000 véhicules par jour). Le motif de santé publique invoqué est donc fallacieux, tout comme ceux des arguments économiques ou environnementaux.

AVIS DE L’AUTORITÉ ENVIRONNEMENTALE

La maîtrise d’ouvrage propose de considérer que le projet routier et le projet « territoire » ne constituent pas un projet unique ; néanmoins, pour l’Ae, au vu des informations rappelées ci-dessus (§ 3.1), le projet « territoire » doit être considéré comme un effet induit par le projet et dont les incidences doivent être considérées dans tout le dossier comme des incidences indirectes du contournement. (p35)

NOTRE ANALYSE

Le projet de contournement autoroutier ne peut être envisagé de manière déconnecté de celui de requalification de la RN113 en boulevard urbain porté par la ville d’Arles.

Ce dernier constitue un effet induit du premier. Ces incidences qui vont venir se cumuler seront des incidences indirectes du contournement autoroutier.


JOURNÉE MONDIALE DES ZONES HUMIDES

Le 2 février est commémorée l’adoption de la Convention de Ramsar relative aux zones humides lors de la Journée Mondiale des Zones Humides (JMZH).

Les milieux humides sont des terres recouvertes d’eaux peu profondes ou bien imprégnées d’eau de façon permanente ou temporaire. Ils se rencontrent à travers de nombreux paysages caractéristiques, tant en métropole (estuaires, lagunes, étangs, marais, tourbières, prairies humides…) qu’en outre-mer (lagons, mangroves et forêts humides).

Quels sont les bienfaits des zones humides ?

La liste est longue. Véritables infrastructures naturelles, elles constituent, entre autres :

  • des puits de carbone extrêmement efficaces (elles retiennent près de 30 % de tout le carbone terrestre ! soit deux fois plus que les forêts au niveau mondial),
  • des remparts primordiaux contre les effets du dérèglement climatique (érosion du littoral, inondations, sécheresses),
  • des réservoirs d’eau potable,
  • un filtre naturel améliorant la qualité de l’eau
  • un refuge pour la biodiversité.

A découvrir localement

Découvrez cet espace d’exception, ils vous accueillent et vous font partager leurs attachements et les richesses de ce territoire.

Maison de la camargue Mas du Pont de Rousty – RD 57013200 Arlestel : 04 90 97 10 82
www.museedelacamargue.com
Parc ornithologique de Pont de Gau Route d’Arles13460 Saintes Maries de la Mertel : 04 90 97 82 62
www.parcornithologique.com
Réserve nationale de Camargue La Capelière
13200 Arles tel : 04 90 97 00 97
www.reserve-camargue.org          
Domaine de la Palissade B.P.5 CD36-
13129 Salin-de-Giraud
tel : 04 42 86 81 28
www.parc-camargue.fr
Musée du riz
Le Petit Manusclat
Le Sambuc
13200 Arles
tel : 04 90 97 29 44
www.museeduriz.fr
Phare de la Gacholle
C 134 de Fiélouse
13200 Arles –
tel : 04 90 97 00 97
www.reserve-camargue.org
Domaine départemental du Château d’Avignon
RD 570
13460 Les Saintes Maries de la mer
tel : 04 13 31 94 54
www.chateaudavignon.fr
Les Marais du Vigueirat
RNN du Vigueirat
Chemin de l’Etourneau,
13104 Arles
tel:04 90 98 70 91
www.marais-vigueirat.reserves-naturelles.org/‎
Maison du cheval de Camargue
Mas de la Cure
13460 Les Saintes Maries de la Mer
tel: 04 90 97 76 37
www.maisondu
chevalcamargue.com

LES INCONTOURNABLES

Portes ouvertes le 06.02.22

Découvertes les 05, 06 et 19/02

Pont de Barcarin : participation à l’enquête publique

En 2017, le Département des Bouches-du-Rhône a décidé de relancer les études pour la création d’un pont permettant de franchir le Rhône entre Salin-de-Giraud et Port-Saint-Louis-du-Rhône. Après avoir mené les études préliminaires, le Département a ouvert une nouvelle phase de la concertation publique sur ce projet. NACICCA s’est associée à France Nature Environnement Bouches-du-Rhône et Agir pour la Crau pour émettre conjointement leur avis.


À TELECHARGER ICI


Provence Grand Large : réponse de Nacicca aux attaques de Martial Alvarez

Dans la Provence du 2 juillet 2021, Martial Alvarez, le maire de Port-Saint-Louis-du-Rhône accuse Nacicca « d’attendre le dernier moment pour donner un avis négatif » sur le projet d’éoliennes en mer de Port Saint Louis du Rhône. Et de conclure « on ne peut pas faire pire dans le diktat écologique »

Nacicca tient à apporter les précisions suivantes :

  1. Nacicca s’est prononcé à deux reprises sur ce dossier : une première fois lors de l’enquête publique de 2018 et une seconde, en juin dernier. Nous n’avons jamais donné d’avis négatif « au dernier moment » mais toujours dans le temps imparti par les procédures de consultations légales.
  2. Cet avis négatif ne devrait pas être une surprise pour le maire de Port Saint Louis du Rhône s’il connaissait moindrement le dossier. En effet, Nacicca a déposé en 2019 un recours auprès du tribunal administratif de Nantes pour des manques importants d’évaluation des impacts de ce projet sur la biodiversité. Ce recours, gagné par Nacicca, a contraint le porteur de projet à revoir sa copie qui met maintenant en évidence des risques de mortalité accrus pour plusieurs espèces d’oiseaux marins dont certaines fortement menacées. C’est pour cela que Nacicca reste opposé au projet pour les raisons que nous expliquons ici.
  3. Il n’y a pas de « diktat écologique » puisque Nacicca ne fait que donner un avis sous forme de contribution dans le cadre d’une enquête publique. Cela n’empêchera pas, malheureusement, le/la commissaire enquêteur.trice de donner un avis favorable au projet à l’issue de cette enquête.
  4. Cette petite phrase de Martial Alvarez révèle néanmoins une chose : c’est que ce projet n’est pas un projet écologique pour le maire de Port Saint Louis du Rhône et qu’il n’a que faire de l’avis des écologistes. Ce projet est avant tout un projet industriel dont le rôle dans la transition écologique aura bien du mal à être démontré. Pourtant Maire d’une commune du Parc Naturel Régional de Camargue, et maintenant conseiller départemental, Martial Alvarez semble mépriser aussi bien les enjeux de biodiversité qui font la richesse et la renommée internationale de la Camargue que celles et ceux qui s’efforcent de la défendre.

REVUE DE PRESSE

07.01.22 La Marseillaise : l’éolien en mer pris dans vents contraires

En Camargue, laissons le vent aux oiseaux

Nacicca a déposé un avis à la nouvelle enquête publique ouverte en juin 2021 sur le projet d’aménagement du parc éolien flottant pilote « Provence Grand Large » au large de Port-Saint-Louis du Rhône.

 

Nous considérons que malgré un dossier révisé, le maître d’oeuvre ne fait pas la démonstration que son projet contribuera à la transition énergétique et qu’il n’aura pas un impact important sur les oiseaux migrateurs.

 

Préambule

 

 

La décision de la Cour d’Appel Administrative de Nantes a permis de confirmer les conclusions de l’avis de l’association NACICCA déposé lors de l’enquête publique de 2018. Nous avancions alors que ce projet ne prenait pas assez en compte les risques d’impact significatif sur les oiseaux fréquentant le secteur d’installation du projet et qu’il devrait donc être installé ailleurs. Nous démontrions également que le porteur du projet avait cherché à minorer les impacts de façon évidente, ce qui lui évitait notamment de demander une autorisation administrative dérogatoire à la destruction d’espèces protégées et de proposer des mesures compensatoires. La cour relevait qu’«il subsiste un doute raisonnable d’un point de vue scientifique quant à la possibilité que le parc projeté, en cas de surmortalité annuelle de plusieurs individus provoquée par des collisions avec les éoliennes, ait des effets significatifs dommageables sur la bonne conservation des populations de puffins yelkouan présentes dans la zone du projet, c’est-à-dire dans la zone de protection spéciale « Camargue », ainsi que, compte-tenu des importants déplacements des individus au sein du golfe du Lion pour leur alimentation ou le nourrissage des jeunes en période de reproduction et pour leur transit ou leur repos en période de migration, dans les zones de protection spéciale « Iles Marseillaises-Cassidaigne » et « Iles d’Hyères ». La même conclusion s’impose, dans une moindre mesure en raison de leur présence plus limitée dans la zone du projet, pour la bonne conservation des populations de puffins de Scopoli dans les trois zones de protection spéciale mentionnées. ». Elle relevait aussi qu’« il subsiste un doute raisonnable d’un point de vue scientifique quant à la possibilité que le parc projeté, en cas de surmortalité annuelle de plusieurs individus provoquée par des collisions avec les éoliennes, ait des effets significatifs dommageables sur la bonne conservation des populations de sterne caugek présentes dans la zone du projet, c’est-à-dire principalement dans la zone de protection spéciale « Camargue ».

 

Windräder, Parc Éolien, Lac, L'Énergie   Le porteur du projet (Provence Grand Large) a donc été obligé de revoir sa copie et admet maintenant que son projet aura un impact moyen sur certaines espèces d’oiseaux, dont le puffin de scopoli, le puffin yelkouan, le pétrel tempête, la sterne caugek, la mouette mélanocéphale, la mouette pygmée et les oiseaux migrateurs terrestres. Tenant compte de ces nouvelles évaluations, nous reconnaissons que PGL apporte un certain nombre de pistes visant à réduire les risques de collision et à compenser les mortalités possibles afin de conserver les populations des espèces impactées dans un bon état de conservation. Néanmoins, selon nous, cette étude révisée continue de sous-évaluer les impacts sur la biodiversité marine et pèche par excès d’optimisme sur l’effet des mesures d’évitement et de compensation.

 

Analyse des enjeux

 

Ce projet industriel de parc éolien offshore flottant se situe au large de la Camargue, zone humide dont la richesse avifaunistique est reconnue à l’échelle internationale et justifie de nombreux statuts de protection. Reconnue pour la diversité de son avifaune reproductrice, elle se situe en outre sur un axe majeur de migration pré- et post-nuptiale où transitent et hivernent des dizaines de milliers d’oiseaux de nombreuses espèces majoritairement protégées et dont certaines présentent une forte valeur patrimoniale en raison de leur statut d’espèces rares et menacées. Cette richesse ornithologique est confirmée par l’étude d’impact du maître d’ouvrage mise à jour suite au recours de Nacicca auprès de la Cour Administrative d’Appel de Nantes.

 

Si la zone d’implantation est utilisée toute l’année par de très nombreuses espèces animales, de groupes taxonomiques différents (oiseaux, mammifères marins, chiroptères, tortues marines, poissons, etc.) pour y accomplir tout ou partie des différentes phases de leurs cycles biologiques annuels, l’étude d’impact ne pouvait mettre en évidence qu’une partie infime des enjeux. En effet, la distribution et l’abondance des espèces animales en mer présentent une grande variabilité spatiale journalière, saisonnière et annuelle que des visites mensuelles sur une ou deux années ne peuvent correctement mesurer.

 

Voici deux exemples :

 

– Que penser des effectifs d’oiseaux d’eau et terrestres comptés sur le site d’implantation quand on connaît le caractère irruptif des passages migratoires et qu’il n’est pas rare de multiplier par un facteur 100 ou 1000 les effectifs en migration d’un jour sur l’autre ? Les probabilités de tomber sur un pic de migration avec une visite tous les 30 jours sont minces et une prospection mensuelle risque fort de sous-estimer les effectifs réels.

 

– De même, que penser des effectifs de sternes caugeks recensés sur le site d’implantation du projet en 2012 et 2013 alors qu’aucun couple nicheur n’était observé en Camargue en 2012 et que seulement 30 couples nicheurs étaient recensés en 2013 ? Combien de sternes caugeks auraient été observées sur le site d’implantation en 2008 quand 1330 couples nicheurs étaient recensés en Camargue et en 2017 alors qu’il y avait 1230 couples nicheurs ?

 

Concernant l’état de conservation des populations, il est regrettable que le rapport de Courbin et al. 2018 sur la démographie des puffins n’ai pas été mobilisé. En effet ce rapport conclut notamment que « les modèles de dynamique de population indiquent un déclin généralisé des populations de puffins de Scopoli et yelkouan au Parc National des Calanques et au Parc National de Port Cros. […] les populations nicheuses de puffins du Parc National des Calanques et au Parc National de Port Cros sont en marge de l’aire de distribution de reproduction de l’espèce, et sont actuellement des populations « puits » qui ne peuvent pas se maintenir toutes seules sans l’apport régulier d’individus provenant de populations « sources »« . Cette conclusion signifie qu’il existe un déclin local de ces populations, déclin compensé par l’immigration à partir de populations voisines. On ne peut donc que redouter des effets négatifs additionnels d’un tel projet sur ces populations qui sont déjà en dessous du seuil de viabilité.

 
Nature, Animaux, Bird
 

 

Cette nouvelle étude d’impact s’appuie maintenant sur des Modèles de Risque de Collision (CRM) qui aboutissent à réévaluer les risques de mortalité pour certaines espèces contactées dans la zone d’implantation du projet (voir page 264). La grande faiblesse de ces modèles est qu’ils dépendent de ce que l’on met dedans et leur paramétrisation dépend singulièrement de l’effort d’observation et de la détectabilité des espèces sur l’emprise du site. Faute de bonnes données récoltées sur le terrain, les modèles ne peuvent que prédire des impacts au doigt mouillé, voir pas d’impact quand les données laissent penser –par exemple- que l’espèce vole trop bas pour être impactée. Tel est le cas pour le puffin yelkouan ou le puffin de scopoli dans ce document, alors que d’autres données, non utilisées comme celles des suivis GPS, indiquent que ces oiseaux volent au dessus de 20 m pendant 2 à 3 % du temps. Faire tourner le modèle avec ces données aurait généré un tout autre résultat…

 

L‘incertitude sur les risques de collision, entre attraction et évitement possible à l’approche des pales, est telle qu’un grand programme de recherche « Migralion » vient d’être lancé par l’Office français de la biodiversité (OFB) pour équiper de GPS un large panel d’espèces d’oiseaux migrateurs afin d’acquérir des connaissances sur leurs trajets qui ne manqueront sans doute pas de confirmer que le site d’implantation se trouve sur l’un des plus important couloir migratoire traversant la Méditerranée. Le bon sens voudrait qu’on attende les résultats de cette étude pour juger de la faisabilité d’un projet sur ce site.

 

Par ailleurs, le porteur du projet reconnaît que les éoliennes flottantes pourront jouer le rôle de Dispositif de Concentration de Poissons (DCP) et n’y voient qu’un effet positif pour les mammifères marins. On peut alors s’étonner qu’ils omettent de mentionner les fortes probabilités que ces concentrations de poissons soient à même d’attirer les oiseaux piscivores (sternes, fou de bassan…) avec le double effet d’augmenter les effectifs sur la zone d’emprise et les risques de collision.

 

Enfin, nous regrettons que l’impact des éoliennes sur les chiroptères en déplacement et en migration, connus dans les installations éoliennes à terre, n’ait pas été considéré sérieusement du fait d’un effort de prospection qui n’est pas du tout à la hauteur des enjeux. En conséquence, il nous semble préoccupant qu’aucun chiroptère n’ait été retenu parmi les espèces faisant l’objet d’une demande de dérogation autorisant leur destruction.

 

Un principe de précaution bafoué 

 

D’une manière générale, la littérature scientifique démontre qu’il n’y a quasiment pas de corrélation entre les prévisions initiales de mortalité causées par les éoliennes (dans le cadre d’une étude d’impact par exemple) et les mortalités réelles constatées a posteriori. Les raisons sont à mettre en relation soit avec un manque de méthode fiable et standardisée pour réaliser les évaluations initiales, soit avec des hypothèses trop optimistes, ou encore avec l’absence de prise en compte de paramètres réellement peu prévisibles. En clair, les impacts sont hélas toujours plus élevés que ceux envisagés dans les dossiers des maîtres d’ouvrages.

 

Avec de nombreuses incertitudes sur la fréquentation réelle de la zone d’emprise, notamment par les oiseaux, au regard de la richesse et des abondances observées en Camargue, et sur une possible fréquentation augmentée une fois les éoliennes installées (attractivité accrue du fait des sources lumineuses et DCP), la prise en compte des enjeux et des impacts apparaît largement sous-estimée dans l’étude d’impact.

 

En cela, le projet Provence Grand Large bafoue le principe de précaution, adossé à la Constitution Française via la Charte de l’Environnement de 2005, qui stipule « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attributions, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage ».

 

La raison d’intérêt public majeure n’est pas démontrée

 

Par ailleurs, ce projet ne nous semble pas établir la raison d’intérêt publique majeur. L’argumentaire présenté dans le dossier d’incidence Natura 2000 est basé sur une soi-disant interdépendance entre le recours aux énergies renouvelables et aux énergies fossiles (figure de la page 93). Or :

 

(1) la simultanéité des pics et des creux observés sur cette figure entre ces deux types d’énergie est loin d’être parfaite avec un décalage sur les premier et pas sur le second,

 

(2) et les variations du recours au gaz s’expliquent bien mieux par les fortes variations du prix du gaz avec une diminution après 2014 qui explique l’augmentation du recours à cette énergie puis une augmentation en 2018 qui explique sa diminution.

 

Ainsi la démonstration selon laquelle ce projet permettrait à la région PACA d’atteindre la neutralité carbone n’est pas faite et l’on peut raisonnablement penser que ces trois éoliennes viendront s’ajouter aux productions d’électricité à partir d’énergie fossile, en y rajoutant le bilan carbone de leur cycle de vie. Faute de véritable transition énergétique, on aura, comme le montre si bien Jean-Baptiste Fressoz, une addition énergétique, l’énergie des éoliennes venant s’ajouter à l’énergie déjà produite par les centrales à gaz. Pas de réduction des émissions de GES en valeur absolue à attendre de ce côté-là.

 

Les mesures de la séquence « Eviter, Réduire, Compenser » sont très insuffisantes aux regards des enjeux et des impacts identifiés

 

Mesures de réduction

 

Concernant les mesures de réduction, la mesure MR19 entretient un flou préoccupant en ne détaillant pas le système d’effarouchement qui sera installé sur les éoliennes. Il est pourtant bien connu que (i) les oiseaux ont des réponses très variées selon les espèces aux dispositifs d’effarouchement et que (ii) ils s’habituent rapidement à ces dispositifs. Il est inquiétant qu’après tant d’années de travail sur ce projet, le porteur de projet ne soit pas en mesure de décrire un dispositif crédible permettant de se faire une idée de son efficacité. Par ailleurs, alors que le projet est « expérimental », la mesure de reduction MR20 statut que l’arrêt programmé d’une machine pour limiter les collisions dans le cas d’un fort passage migratoire détecté par radar ne se fera que dans la limite maximale de 50 heures par an, limite arbitraire qui n’est justifié par aucune considération technique ou écologique. Que se passera-t-il si l’intensité des passages demande d’arrêter les machines pour un nombre d’heures plus élevé ?

 

En conséquence, le dossier soumis à l’enquête publique, et notamment son étude d’impact, qui aurait dû apporter des éléments de réponse satisfaisants et proportionnés aux observations formulées par le recours et l’avis du CNPN peut être considéré à ce seul titre comme incomplet et insatisfaisant.

 

Mesures compensatoires

 

Ce dossier, contrairement au précédent prend acte que les trois éoliennes occasionneront une mortalité importante qui nécessite donc des mesures compensatoires. Et si la mise en place de mesures compensatoires est le principal développement de cette nouvelle mouture du dossier, nous considérons que celles proposées ne compensent pas les impacts prévisibles du projet. Il en est de même des mesures d’accompagnement qui du fait de leur emprise trop réduite ne pourront permettre d’évaluer correctement les impacts résiduels comme le relève l’avis des parcs nationaux.

 

Une localisation du projet incompatible avec les enjeux patrimoniaux existant

 

Comme nous le mentionnions déjà dans notre précédent avis, une étude de juin 2017 réalisée par la Ligue pour le Protection des Oiseaux pour le compte du Ministère chargé de l’Environnement et de l’ADEME, préconise d’éviter l’implantation d’éoliennes dans les sites Natura 2000/ZPS en raison d’une mortalité accrue sur ces périmètres qui abritent de forts enjeux avifaunistiques. Ce projet, dont la localisation a été choisie inexplicablement par l’Etat dans le cadre de l’appel à projets, est donc en contradiction frontale avec cette préconisation.

 
Camargue, Flamand, Marais, Camargue
 

En conclusion, nous formulons un avis très défavorable à ce projet, du fait :

 

1. de sa situation dans un espace naturel remarquable (la Camargue) dont la vocation première n’est pas d’accueillir des projets industriels lourds, a fortiori classé en site Natura 2000 en mer/ZPS;
2. de la sous estimation des impacts sur la biodiversité ;
3. de l’absence d’application du principe de précaution ;
4
. de l’absence de mesures adaptées et détaillées, au titre de l’évitement et de la réduction des impacts, de la compensation et de l’accompagnement environnemental du projet.

 

Contrairement à ce que mentionne le maître d’ouvrage du projet éolien, toutes les mesures actuellement retenues dans son dossier sont insuffisantes et insuffisamment détaillées .

 

S’il s’avérait que ce projet pouvait effectivement permettre de réduire les émissions nettes de GES, alors il devrait être réalisé dans un secteur où son implantation ne rentrerait pas en contradiction avec les objectifs et engagements de la France en terme de conservation de la biodiversité.

 

 

Éoliennes en mer – Un avis défavorable du CNPN

Le parc éolien offshore de Provence Grand Large a demandé un avis au CNPN (Comité National de Protection de la Nature) pour l’installation de 3 éoliennes flottantes en face de la Camargue, au large de Port St Louis. Il s’agit du troisième projet d’éolien flottant en méditerranée après deux autres projets au large de Leucate et Gruissan en Occitanie. Celui-ci, contrairement aux deux autres n’avaient pas été soumis au CNPN mais l’avis de ce dernier est maintenant requis suite au recours de NACICCA auprès de la Cour Administrative d’Appel de Nantes.
L’avis est défavorable (disponible ici) pour plusieurs raisons pointées par le CNPN: situé en zone Natura 2000 en face de la Camargue, il est un obstacle au très grand nombre de populations migratrices d’oiseaux en transit. Le projet présente donc un fort impact potentiel sur les oiseaux mais aussi potentiellement sur les chauve-souris. Le projet ne propose pas des mesures de réductions novatrices telles qu’un protocole d’arrêt des machines pendant les périodes de passages des oiseaux migrateurs. Enfin le conseil pointe le fait que les mesures de compensation ne semblent pas suffisantes pour compenser les impacts que le projet aurait sur la biodiversité protégée.
Cet avis rejoint le point de vue défendu par NACICCA, à savoir que ce projet présente des risques importants pour la biodiversité. Et deux nouveaux projets de 60 éoliennes (750MW) chacun pourraient voir le jour dans les prochaines années… 
NACICCA ne s’oppose pas aux énergies renouvelables mais refuse que ce développement soit au dépens de la biodiversité. NACICCA prône plus de sobriété énergétique et des projets à échelle réduite.