biocoop

NACICCA est allée à la rencontre de Biocoop

Article tiré de la lettre d’information n°12, disponible au format PDF dans la rubrique lettres d’information

 

Cette année, Biocoop fête ses 30 ans au mois de juin. Initialement créé par des coopératives de consommateurs des régions du Sud-Est et de Bretagne, le développement fort de ce réseau résulte d’une structuration importante. Aujourd’hui, Biocoop peut ainsi se féliciter de réunir 385 magasins en France. Sa charte garantit la vente de produits 100 % bio et respecte également des critères sociaux et d’équité. Ce sont ces valeurs qui ont convaincu Ludovic Badin, gérant du magasin Biocoop Camargue à Arles qui a ouvert le 26 février dernier, de sauter le pas. Nacicca est allée à la rencontre de Ludovic.

 

Quelles sont les valeurs que porte Biocoop ?

 

Biocoop est attaché à de nombreuses valeurs. La priorité reste tout de même de travailler et de promouvoir une agriculture biologique. Les produits ne doivent pas être transportés par avion, et tous les produits provenant de l’hémisphère Sud sont obligatoirement issus d’une agriculture biologique et du commerce équitable. La saisonnalité est également respectée. Biocoop est aussi engagé dans la vie politique et s’est positionné, par exemple, contre le projet de l’aéroport de Notre-Dame des Landes. Le réseau soutient également des associations : il a par exemple un partenariat avec Générations Futures à travers le « jus de pomme militant », et un autre avec les faucheurs volontaires d’OGM, par exemple. Le réseau travaille également sur les thématiques d’économie circulaire et de monnaies locales complémentaires. Certains magasins comme ceux de Cavaillon et d’Avignon ont déjà adopté la Roue.

 

Quelles sont les différences de fonctionnement entre un magasin Biocoop et les autres magasins ?

 

Les magasins Biocoop sont les seuls à s’être engagés à proposer des produits 100 % biologiques, et à promouvoir ces engagements auprès de leurs fournisseurs. Ils s’engagent à long terme auprès des producteurs agricoles qui les fournissent en créant des partenariats, et peuvent également leur proposer un appui financier. Biocoop fait également partie des instances du bio en France et travaille en partenariat avec la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB) pour développer et inciter les producteurs à passer en agriculture biologique. D’ailleurs le taux de conversion est important pour l’année 2015 (+ 8,5 %), peu à peu les choses avancent !

 

Les produits sont-ils forcément plus chers en Biocoop ? Comment expliquer les différences de prix ?

 

Le bio reste plus cher que le conventionnel. Malgré tout, nous essayons de proposer des tarifs intéressants sur les fruits et légumes, par exemple, car ils correspondent à la base de notre alimentation. Des initiatives et des labels existent aussi pour rendre les produits bio plus accessibles. Ainsi, le logo « La bio je peux » signale des produits de base à des prix bas. L’effort de marge est partagé entre le réseau Biocoop et ses fournisseurs.

 

Comment le magasin Biocoop peut-il participer à la vie associative et aux initiatives citoyennes arlésiennes ?

 

Je suis l’actualité arlésienne et des mouvements tels que Arles en Transition, Agir pour la Crau ou encore NACICCA. Je prévois de faire venir des associations dans le magasin pour qu’elles puissent se présenter et toucher un nouveau public, mais également de promouvoir les producteurs locaux, à travers des dégustations. Ces manifestations doivent faire partie de la vie du magasin selon moi, et devraient se mettre en route d’ici l’été. Une journée des Biotonomes aura également lieu le 21 mai. Ce sera l’occasion de sensibiliser les consommateurs à l’éco-responsabilité à l’aide d’animations, d’ateliers et de rencontres avec des associations locales.

lbjp_small